Pourquoi un sujet pareil ? Vous faites bien de vous poser ce genre de question car c’est le chemin vers l’éveil de la conscience que de se poser les bonnes questions.

Tout simplement parce que l’on en parle pas assez et c’est pourtant la source d’un grand mal pour les hommes et les enfants. Evidemment il s’agit d’un certain type d’homme mais ils sont de plus en plus nombreux et cela s’explique par la place de du père dans la société.

Réhabiliter le père

Aujourd’hui en Occident, on combat les sociétés patriarcales, à juste titre, mais remettons les choses dans leurs contextes :

Dans ce cas là tout est à combattre car rien n’est parfait. Seulement à force de combattre pour combattre on en oublie les bienfaits. Car oui il y a du bon dans une société patriarcale comme il y a du bon chez notre pire ennemie.

Il n’est pas question de vanter la société patriarcale mais plutôt de pointer du doigt une mauvaise habitude qui impact la psychologie de nos enfants et qui ont des conséquences désastreuses une fois sa vie d’adulte entamée.

En l’occurrence : la critique facile et promue de l’homme

Le père absent

A vouloir l’équité parfaite entre homme et femme on en oublie que les hommes et les femmes se complètent plus qu’ils ne se valent. Ajouter à cela, l’humiliation constante à coup d’affichage médiatique en tout genre que subissent les hommes qui ne harcèlent pas les femmes au travail ou dans la rue, qui ne battent pas leur femme ou qui n’ont jamais demandé à ce que leur salaire soit supérieur à leur collègue féminine, et vous obtiendrez un homme sans couille.

Gentil par nature, il va s’effacer doucement au travail comme à la maison par peur des préjugés et subir parfois, les moqueries de sa compagne qui ne demandait qu’à être contredite car elle en a marre d’avoir toujours raison.

Cette insignifiante présence masculine dans le foyer n’éveille pas le désir de la femme qui se retrouve elle même frustrée. Je ne veux pas créer un triste scénario familiale mais juste poser l’idée que le salop dépeint à longueur de journées dans les séries, faits d’hiver, à la télé, n’est pas l’apanage de tous les hommes !

Un homme et surtout un père est celui qui structure professionnellement son enfant en l’arrachant de temps en temps des griffes protectrices et remplis d’amour de sa mère ! Ce déchirement pour l’enfant comme pour la mère est une nécessité pour l’enfant. Alors déjà qu’il endosse le mauvais rôle alors qu’il agit de manière altruiste pour son gosse, ne le traitons pas en plus de connard !

La violence féminine = violence de l’enfant

Le petit aparté de sociologie de comptoirs terminé comme introduction, venons en à la violence féminine qui n’existe pas seulement dans le cas d’une société patriarcale décadente.

Malheureusement un homme qui ne peut plus s’imposer de peur d’agir mal, se laissera d’une manière ou d’une autre violenté verbalement par la gente féminine. Cela arrive, on est tous humain et on a tous une partie animale qu’il n’est pas toujours nécessaire d’exprimer.

Cela étant dit, il faut surtout éviter de répéter ces violences et surtout pas devant l’enfant !

En cabinet de sophrologie à Lille, j’ai plusieurs fois remarqué des cas de figure suivants :

Comme 2/3 des mariages en France se solde par un divorce, il alors est commun de voir des enfants partagés d’une garde à l’autre, d’un week-end à l’autre. Malheureusement certaines femmes prennent à partie leur enfant par des phrases dangereuses :

« ah tu vois, c’était mon tour de te garder et ton père n’a pas appelé » « il est venu en retard, ça veut dire qu’il ne t’aime pas » ect ect…

Le père est une partie de l’enfant, dès lors, l’enfant va recevoir pour lui ces critiques et finira par se saboter à l’avenir. Ainsi en entendant constamment :

« ton père c’est un connard, tous les hommes sont des connards  »

Inconscient cela va être pris pour soi puis enregistré et concrétisé par des scarifications pour les cas extrêmes, ou bien en se dégradant par la consommation de cigarettes (s’il a conscience des dangers de la clope), de drogue, bref un sabotage et un mal être persistant.

Que faire ?

Prendre rendez vous !

Oui c’est brut de décoffrage mais c’est impossible de faire des recommandations sur un problème aussi personnel. Les sabotages de l’enfant devenu adulte qui vient me voir sont inconscients et ne sont peut être pas dus à une mère frustrée ou aigrie par le père de son enfant.

Un peu comme pour les constellations familiales, ces sujets sont trop intimes et uniques pour préconiser quoique ce soit de général mais si c’est n’est pas le cas j’espère au moins vous avoir ouvert l’esprit sur une autre facette des violences conjugales.


Leave a Reply

Your email address will not be published.